Paroisse Saint-Pierre de l’Océan
http://saint-nazaire-briere.catholique.fr/7-mai-2014-Deces-du-Pere-Pierre
      7 mai 2014 : Décès du Père Pierre Grossin

7 mai 2014 : Décès du Père Pierre Grossin

Souvenons-nous :
Évocation de l’itinéraire
de Pierre Grossin




le Père Pierre Grossin décédé mercredi 7 mai 2014.
Il s’est endormi dans l’espérance de la Résurrection, dans sa 91e année.
La célébration religieuse a eu lieu lundi 12 mai 2014, à 10 heures, en l’église Notre-Dame d’Espérance de Saint-Nazaire, suivie de l’inhumation au cimetière Bouteillerie de Nantes.

Hommage par Jean Courgeon
Vivre ses dernières années dans la Maison du Bon Pasteur n’était pas dans les projets de Pierre. Évoquer devant lui cette éventualité, c’était essuyer un refus catégorique. Des ennuis sérieux de santé l’ont contraint à cette solution. Il ne l’a pas regretté. Il s’y sentait en sécurité au niveau de sa santé. Il en appréciait la chaleur fraternelle, le partage avec les copains, le soutien spirituel. Rentré au Bon Pasteur le 20 février 2012, il y est décédé mercredi dernier 7 mai.
Son dernier ministère en paroisse, il l’a vécu à Saint Pierre de l’Océan avec des responsabilités et des statuts différents, de septembre 1991 à février 2012. Ce n’est un secret pour personne que Pierre avait une préférence non dissimulée pour les quartiers Tréballe, Bouletterie, Chesnaie, des quartiers que je connais bien, et pour la communauté paroissiale de Saint Paul. Il y était très présent et jusqu’à la limite de ses forces. Il aimait ce quartier. Il appréciait dans la communauté paroissiale l’ambiance fraternelle, le dynamisme apostolique, et la qualité de prière.
Une bonne vingtaine d’années au service de cette paroisse, attentif à la vie du quartier, entretenant de nombreuses relations, accompagnant des mouvements de tous âges.
À ce moment, il a accepté aussi le service œcuménique, favorisant le dialogue avec les communautés protestante et orthodoxe.
Pierre était préparé à cette insertion en milieu populaire par son précédent ministère. En effet, il arrivait de Trignac, un quartier à forte densité ouvrière. Il y vécut de 1982 à 1991 -neuf années-. Ni ses origines, ni son histoire, ni sa culture ne le prédestinaient à exercer un ministère dans un tel contexte. Il s’y est très vite adapté. La fonction façonne parfois les personnes, dit-on. Il s’est solidarisé avec ce monde populaire, partageant ses souffrances, ses misères, ses indignations, ses révoltes, et aussi rencontrant des jeunes, des hommes et des femmes épris de justice, refusant la résignation, vivant la solidarité, rejoignant des mouvements associatifs, syndicaux, politiques. Jusqu’à ses derniers jours, Pierre les retrouvait dans des lieux de rassemblement pour soutenir leurs revendications et défendre leurs droits.
Pendant cette période trignacaise, à la demande de l’évêque, Pierre visitait des détenus dans la maison d’arrêt de Saint Nazaire de 1982 jusqu’à sa fermeture en 1991.
Remontons encore plus haut le cours de l’histoire. Pendant 13 ans, Pierre a été chargé comme curé des paroisses de Batz sur Mer et de Saint Sébastien de Pornichet, de 1969 à 1982. Plusieurs de ses paroissiens se trouvent dans notre assemblée aujourd’hui. Il faudrait les consulter pour glaner quelques souvenirs de son ministère.
Nous en arrivons aux premières années de son apostolat, au service des enfants et des jeunes. À son ordination le 29 juin 1949, Pierre fut nommé professeur au lycée Saint Stanislas, un an. Puis, dix ans comme vicaire instituteur - à cette époque, c’était pratiquement un passage obligé !-, sa première école a été celle de Saint Marc sur Mer, d’octobre 1950 à septembre 1957. Des enfants de ces années pourraient dire les souvenirs qu’ils gardent de ce tout jeune abbé ensoutané. Ensuite il a enseigné à Thouaré trois ans, de 1957 à 1960.
De septembre 1960 à août 1969, Pierre fut aumônier du lycée Clémenceau à Nantes. C’est à cette époque-là qu’eut lieu le Concile Vatican II, de 1962 à 1965. Je ne sais pas comment Pierre l’a vécu avec les lycéens. Ce que je sais, c’est qu’il vivait toujours et très fort de la sève évangélique de ce Concile, se réjouissant de l’ouverture de l’Église au monde, de la réforme liturgique, de l’esprit œcuménique.
Voilà le cheminement de Pierre, les différentes étapes de son ministère.
Au contact de la mer qu’il affectionnait, Pierre avait appris à affronter les vents violents qui contrariaient ses projets et freinaient ses ardeurs apostoliques, et attendait parfois avec impatience, des eaux plus calmes qui le porteraient toujours plus loin. Il voulait toujours plus, toujours mieux.
Pierre était un ami. Nous partagions des convictions communes. Nous traversions les mêmes drames secouant la société et l’Église. Nous assumions nos différends et nos désaccords. Nous faisions confiance à l’avenir, nous croyions en la force des engagements humains, sociétaux, ecclésiaux. C’est pour cela, qu’avec tant d’autres, prêtres, diacres, religieuses, laïcs, je t’adresse, Pierre, un fraternel et éternel merci.

Jean Courgeon,

le 12 mai 2014, à l’occasion des obsèques de Pierre Grossin

video par Jocelyne Trévarin

3 réactions


24 mai 2014 10:40, par Andrée Reffray

Merci Jean pour cette évocation du parcours de Pierre qui me remet en mémoire de nombreux échanges partagés et de situations vécues avec lui.
Et merci à toi Pierre.
Andrée

- repondre message


 


30 mai 2014 08:06, par Gérard & Christine

Un grand homme de paix vient de tirer sa révérence.
Homme d’amour, Le message qu’il a donné durant sa vie a imprégné tous celles et ceux qui l’on connut, fréquenté et travaillé avec lui.
Homme d’écoute, Il a aimé tous ceux qui l’on approché, croyants, non croyants, trop croyants, (pieux … tellement pieux qu’on pouvait en faire des clôtures comme l’avait dit si bien sa grande amie protestante qu’il aimait souvent citer en référence). 
Homme d’accueil, sa silhouette à tellement imprégnée les murs de la paroisse St Paul qu’on aimait à l’appeler « le gardien du temple de St Paul ».
Homme de terrain, il s’est toujours ranger du côté des plus faibles, des plus humbles, des plus opprimés.
Homme d’action, il a été dans tous les combats, exclusion, sans papier, peine de mort, amnistie internationale, cercle de silence … etc. 
Homme d’accompagnement des enfants en ACE, ACO, Chemin d’espoir (il a fait les premiers pas au côté de Roland LAMET et Marie Gaby), l’œcuménisme … ses références à l’évangile ont marqué tous des esprits.
Un grand homme vient de nous quitter … il nous a aimés et nous l’avons tellement aimé.
Il sut accompagner et comprendre nos choix sans jugement, sans condamnation …
Aujourd’hui, pour les sans voix, que ces quelques mots soient portés dans la prière par les célébrants en charge de sa cérémonies d’Au revoir.
Va Pierre, nous préparer une place et nous accueillir quand viendra notre tour.
Gérard & Christine 

- repondre message


 


18 juin 2014 20:57, par patrice grossin

Merci de vos témoignages qui me rappellent souvenirs récents avec mes filles ces dernières années et souvenirs d’enfance.

Le plus ancien étant à St Marc sur Mer avec ma Grd Mère, donc vers 1958-1960.Patrice, son neveu, fils de son frère Paul.

Tu as bien mérité de te reposer en paix !

- repondre message


 

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Paroisse Saint-Pierre-de-l’Océan
Curé : Michel LEROY
2, Rue Léon Jouhaux
44600 Saint-Nazaire
Écrire un mail
Tél. : +332 40 70 17 43
- Pland’accès

Agenda

Rendez-vous

Dans l'Eglise

Lectures du jour

Saint(s) du jour

Diocèse de Nantes

Enseignement catholique

Eglise de France

La Croix

Bonnenouvelle.fr